Un ministre, un petit trou et une contre manifestation pour sauver les terres agricoles

Le ministre et son aréopage (Photo Oxygène)

L’arrivée du métro automatique à Aulnay est un événement très attendu par la population, il pourrait changer le visage du nord de la ville qui en a bien besoin. Hélas, dans le paquet cadeau de cette arrivée de métro il y a l’urbanisation du Triangle de Gonesse, que nous autres écologistes refusons fermement.

Mardi 20 mars, le ministre de la ville Maurice Leroy, André Santini, Gérard Ségura, Philippe Dallier, Jacques Chaussat et Gérard Gaudron avaient décidé d’inaugurer un petit trou au rond point de l’Europe à Aulnay. Ce trou est celui du premier forage d’analyse des sols du chantier du grand Paris.  Bref, a grand renforts de presse et de petits fours, tout ces édiles étaient heureux de poser sur la photo (plus d’informations par exemple ici).

Anne Marie Vachon et le Collectif Pour le Triangle de Gonesse (Photo JL Karkides)

Hélas, cette symphonie d’autocongratulation a été quelque-peu gâchée par une petite fausse note du Collectif Pour le Triangle de Gonesse et de ma remplaçante Anne Marie Vachon. Ces empêcheurs d’inaugurer en rond, ont déployés une grande banderole « Protégeons nos terres agricoles » face aux min­istres et divers aréopages inau­gu­rant le for­age du Grand Paris.

La gare Triangle de Gonesse est en plein champs

Il faut dire que le problème est grave. Une gare en plein champs est prévue pour le Grand Paris au niveau de la patte d’oie de Gonesse. Cette gare ne profiteras pas à la population mais au projet délirant d’Europa City. Ce cen­tre com­mer­cial d’une taille folle (80ha) est des­tiné à accueil­lir entre 25 et 40 mil­lions de vis­i­teurs. Le bilan social de ce pro­jet sera dra­ma­tique car pour un emploi crée dans la grande dis­tri­b­u­tion c’est 3 à 5 qui dis­paraîtront dans le com­merce de prox­im­ité. Pire, ce pro­jet détru­ira à jamais un pat­ri­moine très pré­cieux qu’est cette grande plaine con­sti­tuée des ter­res faisant par­ties des plus fer­tiles de France.

Même si la mission ponctuelle de nos empêcheurs de bétonner en rond a été remplie, le combat ne fait que commencer. Il faut préserver nos terres agricoles!