TFN, la grève continue jusqu’à ce que les chèques arrivent [MAJ]

Environ 80 personnes manifestaient devant les grilles de ATALIAN le 31/01/2012

Panneau de la manifestation

Je me suis rendu hier matin à la manifestation des employés de ménage TFN à Vitry-sur-Seine devant le siège de la société prestataire. Salaires non versés depuis novembre pour certains, contrats illégaux, mutations à l’autre bout de l’Ile-de-France, conditions de travail fortement dégradées, situations personnelles dramatiques : les personnels de ménage des écoles d’Aulnay-sous-Bois se battent depuis décembre pour retrouver ce qu’ils n’auraient jamais dû perdre lors changement de prestataire par la mairie.

Tout le monde s’accorde pour déclarer que les méthodes de leur employeur sont celles d’un patron-voyou. Ce qui est plus flou est le rôle qu’a joué la mairie. Celle-ci a signé  un marché avec un prestataire à la réputation sulfureuse, en faisant des fortes économies. La commission d’appel d’offre aux membres pluralistes, sans doute animée par un excès de confiance dans les services n’y a vu que du feu. En toute logique cela s’est traduit par du dumping social. Le maire, ne s’est mobilisé que très progressivement (au début du mouvement il ne voulait même pas recevoir le personnel dans son bureau). Il semble aujourd’hui avoir pris les choses à bras le corps en organisant le déplacement d’hier qui a sans doute porté ses fruits. Néanmoins, il maintien toujours secret le cahier des charges du marché qui pourrait contenir les preuves que la mairie a souhaité réduire la qualité des prestations.

Baigné dans cette ambiance de méfiance, les personnels ont décidé de ne pas reprendre le travail sur des promesses et d’attendre des actes.

La solution ne serait-elle pas finalement la re-municipalisation du service de nettoyage dans les écoles?

MAJ du 02/02/12 à 3h35: La mobilisation a manifestement porté ses fruits. Dès hier la direction de TFN s’est engagée a écourter le conflit (lire ici) et ce matin les personnels de ménage ont repris le travail ayant touché toutes les sommes que leur devait leur employeur (lire là).