Recul sur le gaz de schiste? Le ministère repousse la fin de l’enquête publique

Le site de la consultation publique indique désormais "La mise à disposition du public est prolongée de 30 jours, à partir du 20 février 2012. Des cartes relatives aux projets d’attribution de permis ont été rajoutées."

La mobilisation a-t-elle fait reculer le ministère?

Le per­mis exclusif, qui a tenté d’être donné en catimi sur les recherches d’hydrocarbures solides et gazeux en Seine-Saint-Denis devra attendre 30 jours de plus. Nous apprenions ce matin que le site d’enquête publique consacré à cette question repousse la date de clôture au 21 mars 2012 et met enfin en ligne des cartes qui permettent de voir les zones concernées.

Rappel des actions passées:

  • Le maire de Sevran, Stéphane Gatignon (EELV) a émis un communiqué de presse afin d’alerter sur la présence d’un territoire de prospection potentiel de gaz de schiste qui serait situé à Sevran et dans le communes alentours.
  • Il y a quelques jours, nous avons écrit à la ministre de l’environnement afin de faire annuler l’enquête publique en cours à ce sujet. Nous n’avons pas reçu de réponse. Dans le même temps, nous avions prévenu l’ensemble des maires sur le territoire de l’éventuel futur territoire de prospection (voir notre com­mu­niqué sur nos démarches pour alerter à pro­pos du gaz de schiste).
  • J’avais aussi publié la première carte de Seine-Saint-Denis, qui donne exactement les communes concernées par d’éventuels forages ou fracturations du sol en vue de recherche de pétroles ou gaz de schiste.

La prospection de gaz de schiste, outre qu’elle peut être très polluante pour les populations, pose la question de l’énergie dans notre pays. Nous ne devons pas accepter cette fuite en avant vers toujours plus d’énergies fossiles. Il y a pourtant sous nos pieds, une ressource très précieuse, non polluante et trop peu exploitée: La géothermie.