Pourquoi les machines à voter sont elle néfastes pour notre démocratie

Arti­cle pub­lié sur AulnayCitoyen.org

Arguments en faveur des machines à voter

- Cela per­met de gag­n­er du temps de dépouille­ment (mais dépos­sède l’électeur de pou­voir faire cette véri­fi­ca­tion lui-même)
— Cela évite des manip­u­la­tions physiques de bul­letins (mais rends pos­si­ble les manip­u­la­tions numériques indé­tecta­bles)
— Cela évite aux petits can­di­dats d’imprimer leur bul­letins (Il sont d’après la loi obligé d’imprimer quand même un nom­bre égal à 20% du nom­bre d’inscrit. Cela reste quand même le seul argu­ment solide en faveur des machines à vot­er mais est très large­ment com­pen­sé par les autres incon­vénients de ces machines)

Arguments utilisés en faveur des machines à voter mais faux

- Cela serait écologique
FAUX! : Les économies de papi­er lors des votes élec­tron­iques (les bul­letins et l’enveloppe) sont nég­lige­ables (16g) par rap­port à l’enveloppe de pro­pa­gande envoyée chez l’électeur (125g), de plus le manuel d’utilisation de ces machines envoyé à tous les électeurs ren­verse com­plète­ment la bal­ance. Enfin le bilan de con­struc­tion écologique de cet appareil infor­ma­tique est très mau­vais com­paré à la fab­ri­ca­tion de papi­er.
— Cela serait fiable. FAUX! :La fia­bil­ité des machines n’est sci­en­tifique­ment pas prou­vable con­traire­ment à une urne papi­er. En effet per­son­ne ne peux s’assurer du tra­jet d’un élec­tron. Pire, il à été démon­tré par des chercheurs que «N’importe qui, ayant un accès bref aux périphériques, à n’importe quel moment avant une élec­tion, peu­vent obtenir un con­trôle com­plet et virtuelle­ment indé­tectable des résul­tats de l’élection» (lien)

Arguments en défaveur des machines à voter

Classe­ment du moins impor­tant au plus impor­tant:

- Vot­er sur une machine est plus lent que avec une urne trans­par­ente, cela accentue les embouteil­lages aux bureaux de vote. J’estime ce ralen­tisse­ment à 50%(Vot­er sur une machine est pour moi indis­cutable­ment plus lent car, en ne con­sid­érant seule­ment que mon témoignage per­son­nel, j’ai vu que les queues étaient devant les machines à vot­er à Aulnay alors qu’elles étaient devant le cahi­er d’émargement dans les autres villes. Cha­cun peut le véri­fi­er.)

- Les machines à vot­er sont plus chères à l’utilisation que les urnes trans­par­entes. (En 2005, une éval­u­a­tion offi­cielle a con­fir­mé le sur­coût des machines à vot­er en Bel­gique, et l’a chiffré à trois fois plus cher. Voici le détail ici.)
Rien ne garan­tis que mon vote sera enreg­istré tel que je le souhaite et per­son­ne ne peut faire la véri­fi­ca­tion (con­traire­ment à l’urne trans­par­ente). Étant infor­mati­cien j’assure formelle­ment que les tests et véri­fi­ca­tions ne sont aucune­ment une garantie pour le scrutin. J’affirme même que ces urnes peu­vent être un moyen de faire des fraudes mas­sives de façon indé­tectable.
Le code source du pro­gramme de l’urne élec­tron­ique est gardé caché pour des raisons de “secret indus­triel et com­mer­cial”. Com­ment peut-on garan­tir la con­for­mité de ce logi­ciel qui reste secret alors que la loi impose que les urnes clas­siques soient trans­par­entes ? Ain­si le citoyen n’a aucun accès au mode de fonc­tion­nent de ces machines. (Garder secret le code d’une machine à vot­er est de plus con­traire aux recom­man­da­tions de la CNIL.)
— Des pos­si­bil­ités et des con­stata­tions de fraude ont été relevés pour ces machines (en Ital­ie la moitié des votes blanc étaient trans­for­més en votes Berlus­coni).
Le vote élec­tron­ique par sa com­plex­ité est une humil­i­a­tion pour une cer­taine par­tie de la pop­u­la­tion qui n’est pas du tout à l’aise avec ce genre d’appareils.
Le citoyen ne doit pas déléguer ses capac­ités de con­trôle du scrutin à une autorité et des experts. Il doit aus­si pou­voir véri­fi­er le scrutin lui-même quelque-soit son niveau d’instruction.
— Mais de toutes façons, machines fiable ou pas fiable, ce qui compte c’est la con­fi­ance de l’électeur dans ce mode de désig­na­tion, et cette con­fi­ance est entachée. L’électeur doit avoir un max­i­mum con­fi­ance dans son vote : c’est le fonde­ment de la démoc­ra­tie

Conclusion

Pour obtenir quelques mai­gres avan­tages d’ordre pra­tique, la machine à vot­er entraîne un indé­ni­able recul démoc­ra­tique.

Si vous aus­si vous ne souhaitez plus déléguer votre con­fi­ance à ces machines et à des bureaux d’études vous pou­vez voir com­ment agir sur l’article.

Toujours pas convaincu(e)?

Alors regardez ce petit reportage de LCI qui dure 5 min­utes:

Pétition pour le maintien du vote papier