Par soucis de construire vite, je soutiens la manif légale pour bâtir notre ville ensemble

Mes amis Verts ont plus de sagesse que moi et veulent dès maintenant apaiser le débat.

J’ai déjà expliqué que à cause d’un empêchement je ne pourrais pas être à la manif du collectif PLU ce samedi 5 à 11h et j’appelle les habitants a ne pas se laisser impressionner par la contre-manifestation organisée par les partis de l’exécutif local et venir manifester pacifiquement leur désir de démocratie. Je n’ai sans doute pas été assez clair et ait dû apporter des précisions sur le blog de l’ami David. Je vais les reprendre ici car elle résument bien ma pensée qui est distincte de mes amis Verts locaux. En effet, ceux-ci ont la sagesse de penser qu’il faut apaiser le débat et prendre du recul et seront « présents aux côtés de tous les aulnaysiens qui se seront déplacés pour exprimer leurs attentes et aussi leurs craintes« . Je les admire dans leur façon de prendre de la hauteur afin de faire progresser le débat de fond mais j’avoue que je n’ai sans doute pas la maturité politique pour sortir la tête du guidon.

Je suis donc vraiment embêté de ne pas venir à cette manifestation car ce moment risque d’être l’un des plus fort de la mandature. Espérons que l’homme fort local, qui n’a pas hésité a consigner un appel (que je juge illégal) entendra la simple raison des habitants a refuser la démocratie de façade. La contre manifestation de la majorité est sans doute illégale (elle l’était avant hier de sources policières) car une manifestation se déclare en préfecture et le préfet n’autorise jamais deux manifestations opposées au même endroit. Le blog « les amis d’Aulnay » rappelle que ce délit « Est puni de six mois d’emprisonnement et de 7500 euros d’amende ».

Ma conception de la politique, surtout si l’on veut être efficace et aller vite, n’est pas de verrouiller la parole ni d’organiser des actions illégales.

Le jour où un véritable et sincère outil de concertation sera en place comme cela se fait dans d’autres villes, je serai au coté de la majorité afin de convaincre la population de la nécessité de construire vite des logements. Aujourd’hui je souhaite combattre ce déni démocratique qui englue la possibilité de faire face efficacement à la crise du logement et la crise climatique de la manière la plus efficace.