Newsring: Le vote électronique est une confiscation du droit de contrôle de l’élection

Carte de vœu que nous avions pro­duite en 2008 pour pro­test­er con­tre le vote élec­tron­ique à Aulnay-sous-Bois

Voici une con­tri­bu­tion que j’ai déposé sur le site NewsRing.fr ani­mé par Frédéric Tad­dei.

Cette con­tri­bu­tion a été jugée la plus influ­ente à pro­pos du débat sur le vote élec­tron­ique auquel 330 per­son­nes ont par­ticipé à ce jour. Out­re le para­doxe de devoir vot­er en ligne sur ce site pour lut­ter con­tre le vote élec­tron­ique, un débat de fond s’y est tout de même instau­ré.

Pour rap­pel, cette années c’est plus de un mil­lion d’électeurs qui sont appelés à vot­er sur un ordi­na­teur de vote. Suite à l’action de l’association AulnayC­i­toyen dont je suis le prési­dent, la munic­i­pal­ité d’Aulnay-sous-Bois a aban­don­né défini­tive­ment le vote élec­tron­ique en 2008.

Voici donc la con­tri­bu­tion sur le s site NewsRing.fr:

Le vote électronique est une confiscation du droit de contrôle de l’élection

Le vote élec­tron­ique con­fisque le droit de con­trôle de l’élection au citoyen.

  • En vote élec­tron­ique, le citoyen est obligé de faire con­fi­ance à la machine, aux tech­ni­ciens, aux organ­isa­teurs du scrutin, au fab­ri­quant, aux vig­iles qui ont gardé les machines etc… Il n’exerce plus le droit de con­trôle de l’élection. Il suf­fit d’un seul mail­lon de la chaîne défail­lant pour que l’élection puisse être entachée d’erreur ou de fraude éventuelle­ment sans aucune trace.
  • En vote papi­er, le citoyen peut véri­fi­er lui-même le scrutin, en dépouil­lant et même en assis­tant toute la journée au vote des électeurs dans l’urne trans­par­ente. La con­ti­nu­ité physique per­met cette véri­fi­ca­tion, faite de façon plu­ral­iste, dans chaque bureau de vote.

Ce droit de con­trôle est pour­tant essen­tiel, car dans nos démoc­ra­ties représen­ta­tives, les citoyens n’exercent pas directe­ment le pou­voir. Ils le délèguent le jour de l’élection et ce pou­voir peut même aller jusqu’à le priv­er de lib­erté.

Le citoyen n’exerce le pou­voir que je jour de l’élection et ce jour là, son droit de con­trôle ne doit pas être con­fisqué.