L’Europe signe ACTA. Eva Joly appelle les citoyens européens à faire barrage.

Photo AFP (Janek Skarzynski) de la manifestation anti-ACTA à Varsovie le 24 janvier 2012

Hier à Tokyo, l’Union européenne et vingt-deux de ses États membres, dont la France ont officiellement signé ACTA, l’accord commercial anti-contrefaçon.

Nous avions déjà évoqué le traité ACTA il y a quelques jours, à l’occasion de la mobilisation citoyenne à laquelle ce blog avait participé contre SOPA (projet de loi américain anti-internet). Bien que SOPA, rejeté depuis, faisait peser un danger sur l’ensemble de la liberté d’expression de l’internet mondial, le traité ACTA nous concerne encore plus directement. En effet, ce traité vise non seulement internet, mais aussi tous les domaines ou la « propriété intellectuelle » peut s’imposer comme les semences et les médicaments.

Eva Joly a tenu à réagir : « Alors qu’aux États-Unis les projets de loi SOPA et PIPA se sont fait retoquer suite à la mobilisation massive des internautes, l’Union européenne et la France poursuivent aveuglément la voie tracée par les lobbies industriels, en restant sourdes aux interpellations des citoyens. »

Eva Joly dénonce le fait qu’ACTA ait été négocié dans la plus grande opacité par une quarantaine de pays, sans consultation des peuples. « Cet accord est potentiellement dangereux pour les malades dépendants de médicaments génériques autant que pour les agriculteurs qui risquent de voir s’accroître sur eux la mainmise des semenciers. Il représente de surcroît une menace pour les internautes dont la liberté risque d’être supprimée en même temps que les principes fondamentaux de justice que sont la présomption d’innocence et la charge de la preuve. »

Depuis quelques jours, la mobilisation s’organise dans le monde entier : pétitions aux États-Unis, manifestations en Pologne, lettres de citoyens envoyées au Parlement européen. Alors que celui-ci devra se prononcer pour ou contre ACTA dans les prochains mois, Eva Joly apporte son soutien à ces mouvements de protestation : « L’escalade anti-démocratique doit cesser. La logique qui vise à mettre les ressources de l’État au service des monopoles d’une poignée de multinationales doit être rejetée. Ce sont les intérêts des citoyens et de la justice que les élus et les gouvernements doivent servir. Comme de nombreux citoyens européens, je suis mobilisée pour faire barrage à ACTA. »

Retrouvez sur le site de La Quadrature du Net comment agir contre ce traité. Visionnez aussi ci-dessous leur vidéo très pédagogique qui vous fera tout comprendre d’ACTA: