L’Europe signe ACTA. Eva Joly appelle les citoyens européens à faire barrage.

Pho­to AFP (Janek Skarzyn­s­ki) de la man­i­fes­ta­tion anti-ACTA à Varso­vie le 24 jan­vi­er 2012

Hier à Tokyo, l’Union européenne et vingt-deux de ses États mem­bres, dont la France ont offi­cielle­ment signé ACTA, l’accord com­mer­cial anti-con­tre­façon.

Nous avions déjà évo­qué le traité ACTA il y a quelques jours, à l’occasion de la mobil­i­sa­tion citoyenne à laque­lle ce blog avait par­ticipé con­tre SOPA (pro­jet de loi améri­cain anti-inter­net). Bien que SOPA, rejeté depuis, fai­sait peser un dan­ger sur l’ensemble de la lib­erté d’expression de l’internet mon­di­al, le traité ACTA nous con­cerne encore plus directe­ment. En effet, ce traité vise non seule­ment inter­net, mais aus­si tous les domaines ou la “pro­priété intel­lectuelle” peut s’imposer comme les semences et les médica­ments.

Eva Joly a tenu à réa­gir : « Alors qu’aux États-Unis les pro­jets de loi SOPA et PIPA se sont fait reto­quer suite à la mobil­i­sa­tion mas­sive des inter­nautes, l’Union européenne et la France pour­suiv­ent aveuglé­ment la voie tracée par les lob­bies indus­triels, en restant sour­des aux inter­pel­la­tions des citoyens. »

Eva Joly dénonce le fait qu’ACTA ait été négo­cié dans la plus grande opac­ité par une quar­an­taine de pays, sans con­sul­ta­tion des peu­ples. « Cet accord est poten­tielle­ment dan­gereux pour les malades dépen­dants de médica­ments génériques autant que pour les agricul­teurs qui risquent de voir s’accroître sur eux la main­mise des semenciers. Il représente de sur­croît une men­ace pour les inter­nautes dont la lib­erté risque d’être sup­primée en même temps que les principes fon­da­men­taux de jus­tice que sont la pré­somp­tion d’innocence et la charge de la preuve. »

Depuis quelques jours, la mobil­i­sa­tion s’organise dans le monde entier : péti­tions aux États-Unis, man­i­fes­ta­tions en Pologne, let­tres de citoyens envoyées au Par­lement européen. Alors que celui-ci devra se pronon­cer pour ou con­tre ACTA dans les prochains mois, Eva Joly apporte son sou­tien à ces mou­ve­ments de protes­ta­tion : « L’escalade anti-démoc­ra­tique doit cess­er. La logique qui vise à met­tre les ressources de l’État au ser­vice des monopoles d’une poignée de multi­na­tionales doit être rejetée. Ce sont les intérêts des citoyens et de la jus­tice que les élus et les gou­verne­ments doivent servir. Comme de nom­breux citoyens européens, je suis mobil­isée pour faire bar­rage à ACTA. »

Retrou­vez sur le site de La Quad­ra­ture du Net com­ment agir con­tre ce traité. Vision­nez aus­si ci-dessous leur vidéo très péd­a­gogique qui vous fera tout com­pren­dre d’ACTA: