Le régime interdit les bananes mais pas encore internet

Le régime interdit les bananes mais pas encore internet

Le ren­dez-vous était pris pris pour la flash­mob banan­eRépublique afin de pro­test­er con­tre la népo­ti­sa­tion du régime. La nom­i­na­tion du tout jeune fils du prési­dent à la tête du plus grand quarti­er d’affaire européen est en effet par­faite­ment digne d’une république bananière. L’heure de ren­dez-vous de la man­i­fes­ta­tion éclair nous a été fourni par SMS et j’ai choisi ce midi d’aller pro­test­er devant l’Elysée. Mal m’en a pris car le quarti­er était bouclé (sans doute à cause de quelques activistes fruitiers !).

Bananes interdites

Devant l’impressionnante présence poli­cière j’ai préféré aller pren­dre en pho­to ma banane tri­col­ore der­rière les jardins du palais prési­den­tiel (La pho­to est dans l’article “La banane du délit”). Un polici­er qui était en fac­tion n’était pas d’accord avec ce tourisme bananier. Il m’a claire­ment indiqué qu’il avait l’instruction hal­lu­ci­nante suiv­ante : con­fis­quer les bananes! Il a donc demandé à un de ses col­lègues moins avenant de me pren­dre l’objet du délit. Je me suis avancé vers ce dernier en lui expli­quant que, sur ordre de son col­lègue je venais lui offrir cet objet représen­tatif de notre nation dynas­tique. L’humour n’ayant pas prise sur le molosse, j’ai reçu l’instruction ferme de cir­culer. J’ai donc gardé ma banane pour le con­seil munic­i­pal de ce soir à Aulnay-sous-Bois, on ne sait jamais cela pour­rait servir…

Il est grave qu’un régime se braque sur une gen­tille mobil­i­sa­tion humoris­tique d’autant plus que la rai­son de cette mobil­i­sa­tion est très sérieuse. Cer­tains jus­ti­fieront l’arrivée du prince Jean à la tête de l’EPAD en se félic­i­tant qu’un jeune de ban­lieue sans diplôme trou­ve enfin un emploi. D’autres comme moi ver­ront dans cet acte comme une grave atteinte (une de plus) au régime démoc­ra­tique et à l’image de la France à l’étranger.

Le combat continue sur Internet

Inter­net a encore une fois de plus joué un rôle prépondérant dans la révéla­tion de ce scan­dale.
Bien que cer­tains trou­vent que “le Net est la plus grande saloperie qu’aient jamais inven­tée les hommes”, c’est l’un des rares espaces de lib­erté sans lequel de nom­breuses affaires ne seraient pas venues aux oreilles des citoyens dont l’affaire du prince Sarkozy.

Je ter­min­erais par la cita­tion très intéres­sante d’un bil­let de Thier­ry Crouzet :
Déc­la­ra­tion de guerre con­tre Inter­net:

Vu les attaques sans cesse renou­velées ces derniers temps con­tre Inter­net, je crois que cette fameuse classe sait enfin que le peu­ple dis­pose d’une arme de destruc­tion mas­sive. Et c’est main­tenant que la guerre com­mence. Hadopi était pour amuser la galerie, un pro­tec­tion­nisme de pre­mier niveau, de quoi se don­ner les moyens de punir à l’improviste les voix les plus dérangeantes.

(…)

Ils avaient fini par accepter la démoc­ra­tie illu­soire, « don­ner le droit de vote », il est hors de ques­tion qu’ils effectuent un pas de plus vers une démoc­ra­tie de tous les instants. Ils n’auront de cesse de met­tre en avant l’avis des experts par rap­port à celui du peu­ple, les œuvres des artistes offi­ciels par rap­port à celles des ama­teurs, le busi­ness des grands groupes par rap­port à ceux des arti­sans… Cette rhé­torique déjà bien huilée n’aura de cesse de se per­fec­tion­ner et, en même temps, ils ten­teront de la ren­forcer avec des armes juridiques et poli­cières.