J’ai signé le pacte « Rio+20, le futur que nous voulons vraiment ! »

En juin 1992, la con­férence des Nations Unies sur l’environnement et le développe­ment se déroulait à Rio de Janeiro (Brésil). Vingt ans plus tard, un nou­veau som­met appelé Rio+20 réu­ni­ra du 20 au 22 juin prochains 120 chefs d’État et de gou­verne­ment, dont le nou­veau prési­dent français François Hol­lande.

L’objectif, a pri­ori sim­ple, est de con­stituer une nou­velle feuille de route à l’horizon 2030 pour l’ensemble des pays de la planète face à la crise écologique majeure que nous subis­sons. Car nos modes de développe­ment con­tin­u­ent de détru­ire l’ensemble du vivant et hypothèquent d’ores et déjà la pos­si­bil­ité même de survie des généra­tions futures.

À l’approche de ce ren­dez-vous fon­da­men­tal pour notre avenir à tous, Europe Écolo­gie Les Verts tient à rap­pel­er ses posi­tions ambitieuses mais néces­saires pour que Rio+20 ne soit pas un som­met inter­na­tion­al de plus se con­tentant de vœux pieux.

C’est pourquoi j’ai signé le Pacte Rio+20 d’EELV et les huit engage­ments qu’il con­tient :

1 – Que des objec­tifs clairs à l’horizon 2022 (et non 2030) soient fixés lors de ce som­met, pour le développe­ment d’une économie verte qui sache dépass­er la seule idéolo­gie de la crois­sance et du prof­it financier, et que ces objec­tifs soient assor­tis d’engagements con­traig­nants

2 – Que les investisse­ments effec­tués par la Banque mon­di­ale et les autres fonds inter­na­tionaux intè­grent des objec­tifs d’éco-conditionnalité, de relo­cal­i­sa­tion d’activités, de cir­cuits de prox­im­ité de dis­tri­b­u­tion et dif­fu­sion, de sou­veraineté ali­men­taire, de pra­tiques agro-écologiques, ou encore de développe­ment de la sobriété énergé­tique et des éner­gies renou­ve­lables

3 – Qu’un statut juridique pour les biens publics mon­di­aux et biens com­muns soit créé

4 – Qu’une fis­cal­ité envi­ron­nemen­tale soit dévelop­pée et portée par l’ensemble des pays sur la planète

5 – Qu’une par­tie des recettes liées à la tax­a­tion sur les flux financiers soit dédiée à un fonds envi­ron­nemen­tal, notam­ment de pro­tec­tion de la bio­di­ver­sité dans les pays du Sud

6 – Que soit mise en place une gou­ver­nance démoc­ra­tique à tra­vers la créa­tion d’une Organ­i­sa­tion mon­di­ale de l’environnement sous l’égide des Nations unies dont les déci­sions soient oppos­ables à l’OMC, au FMI et à la Banque mon­di­ale afin d’influer sur le com­merce mon­di­al

7 – Que l’effectivité de ce droit soit assurée par un Tri­bunal inter­na­tion­al de jus­tice cli­ma­tique fonc­tion­nant sur le mod­èle de la Cour de La Haye, avec un cor­pus juridique inté­grant une clause de la nation la plus favorisée en ter­mes envi­ron­nemen­taux

8 – Que la Con­ven­tion de Genève rel­a­tive au statut de réfugié de 1951 soit élargie à un statut des migrants cli­ma­tiques via la déf­i­ni­tion d’un droit d’asile envi­ron­nemen­tal.

Nous avons ren­dez-vous à Rio avec les généra­tions futures et la com­mu­nauté inter­na­tionale ne peut pas se per­me­t­tre de man­quer ce som­met. Des représen­tants d’EELV seront donc présents tout au long des négo­ci­a­tions pour porter ce mes­sage ambitieux.

J’ai signé ce Pacte pour rap­pel­er que les luttes con­tre le dérè­gle­ment cli­ma­tique, la déforesta­tion, la dis­pari­tion pro­gram­mée des ressources halieu­tiques, pour la survie de la bio­di­ver­sité et de l’ensemble du vivant sont des pri­or­ités fon­da­men­tales, et qu’elles passent par une volon­té poli­tique forte lors de Rio+20.

Je vous invite, vous aus­si, à sign­er le Pacte « Rio+20, le futur que nous voulons vrai­ment ! » d’EELV, en vous ren­dant sur rio20.eelv.fr !

Pour plus d’informations :

> Le site offi­ciel d’EELV pour le som­met Rio+20

> Rio+20 : pri­or­ité des Verts pour le Som­met de la Terre