J’ai signé la charte éthique d’Anticor pour les législatives

Je suis adhérent d’Anticor, cette asso­ci­a­tion qui regroupe des citoyens et des élus des dif­férentes sen­si­bil­ités poli­tiques répub­li­caines, qui mili­tent ensem­ble pour une réha­bil­i­ta­tion de notre démoc­ra­tie. Cette asso­ci­a­tion, qui milite con­tre la cor­rup­tion, pro­pose aux can­di­dats répub­li­cains des lég­isla­tives des 10 et 17 juin de s’engager publique­ment vis-à-vis de leurs électeurs en matière d’intégrité, d’exemplarité et de trans­parence démoc­ra­tique, en sig­nant la nou­velle charte éthique d’Anticor dédiée à ces élec­tions lég­isla­tives.

Je cite l’article d’introduction à cette charte:

En préam­bule, les sig­nataires recon­nais­sent que deman­der à leurs conci­toyens de les représen­ter, à l’Assemblée nationale, les engage à un com­porte­ment éthique irréprochable pen­dant 5 ans. En effet s’ils sont élus, ils pren­nent des engage­ments forts et atten­dus par un nom­bre de plus en plus impor­tants de citoyens, notam­ment sur :

  • le non-cumul des man­dats
  • la totale trans­parence sur l’utilisation de leurs « Indem­nités Représen­ta­tives de Frais de Man­dat »
  • la fin de l’opacité et de l’inéquité de la pra­tique féo­dale de dis­tri­b­u­tion de la « Réserve par­lemen­taire »
  • le sou­tien à une nou­velle clause d’éligibilité, à savoir l’absence de toute con­damna­tion pour des dél­its ayant trait à la ges­tion de l’argent pub­lic
  • la fin de tout ce qui con­court à une Jus­tice à deux vitesses qui pro­tè­gent les élus et Min­istres plus que les sim­ples citoyens (lev­ées d’immunité, CJR, statut pénal du Chef de l’Etat…)
  • l’exigence d’une Jus­tice vrai­ment indépen­dante, aux moyens ren­for­cés
  • l’obligation d’ouverture d’une infor­ma­tion judi­ci­aire dès que des Mag­is­trats aux comptes révè­lent des irrégu­lar­ités de ges­tion de l’argent pub­lic
  • la pos­si­bil­ité d’ester en Jus­tice pour les asso­ci­a­tions anti­cor­rup­tion
  • la lutte con­tre les con­flits d’intérêt, tant par la préven­tion que par les sanc­tions
  • le ren­force­ment des droits des citoyens par une par­tic­i­pa­tion plus active à la ges­tion des affaires publiques
  • l’encadrement strict du lob­by­isme avec des sanc­tions à la clé
  • le déver­rouil­lage des trop nom­breux abus de pou­voir locaux, avec des mesures imposant notam­ment le respect des minorités munic­i­pales, gages d’ouverture pour nos démoc­ra­ties locales.

Plus de pré­ci­sions sur le site d’Anticor.