J’ai signé la charte éthique d’Anticor pour les législatives

Je suis adhérent d’Anticor, cette association qui regroupe des citoyens et des élus des différentes sensibilités politiques républicaines, qui militent ensemble pour une réhabilitation de notre démocratie. Cette association, qui milite contre la corruption, propose aux candidats républicains des législatives des 10 et 17 juin de s’engager publiquement vis-à-vis de leurs électeurs en matière d’intégrité, d’exemplarité et de transparence démocratique, en signant la nouvelle charte éthique d’Anticor dédiée à ces élections législatives.

Je cite l’article d’introduction à cette charte:

En préambule, les signataires reconnaissent que demander à leurs concitoyens de les représenter, à l’Assemblée nationale, les engage à un comportement éthique irréprochable pendant 5 ans. En effet s’ils sont élus, ils prennent des engagements forts et attendus par un nombre de plus en plus importants de citoyens, notamment sur :

  • le non-cumul des mandats
  • la totale transparence sur l’utilisation de leurs « Indemnités Représentatives de Frais de Mandat »
  • la fin de l’opacité et de l’inéquité de la pratique féodale de distribution de la « Réserve parlementaire »
  • le soutien à une nouvelle clause d’éligibilité, à savoir l’absence de toute condamnation pour des délits ayant trait à la gestion de l’argent public
  • la fin de tout ce qui concourt à une Justice à deux vitesses qui protègent les élus et Ministres plus que les simples citoyens (levées d’immunité, CJR, statut pénal du Chef de l’Etat…)
  • l’exigence d’une Justice vraiment indépendante, aux moyens renforcés
  • l’obligation d’ouverture d’une information judiciaire dès que des Magistrats aux comptes révèlent des irrégularités de gestion de l’argent public
  • la possibilité d’ester en Justice pour les associations anticorruption
  • la lutte contre les conflits d’intérêt, tant par la prévention que par les sanctions
  • le renforcement des droits des citoyens par une participation plus active à la gestion des affaires publiques
  • l’encadrement strict du lobbyisme avec des sanctions à la clé
  • le déverrouillage des trop nombreux abus de pouvoir locaux, avec des mesures imposant notamment le respect des minorités municipales, gages d’ouverture pour nos démocraties locales.

Plus de précisions sur le site d’Anticor.