Encore un gros mensonge nucléaire sur les échanges d'électricité France-Allemagne

Encore un gros mensonge nucléaire sur les échanges d’électricité France-Allemagne

Arti­cle du Monde du 28/02/2012 “Le mora­toire nucléaire alle­mand, manne finan­cière pour la France en 2011”

Il y a quelques jours un arti­cle hal­lu­ci­nant parais­sait dans Le Monde. Reprenant une dépêche AFP, le jour­nal indi­quait, con­tre tous les faits con­statés depuis des semaines, que l’arrêt de la pro­duc­tion d’énergie nucléaire en Alle­magne été une aubaine pour la France selon le cab­i­net d’étude SIA.

Un com­mu­niqué de l’Ober­va­toire du Nucléaire remet les pen­d­ules à l’heure face à ce gros men­songe:

Electricité — Échanges France-Allemagne : la désinformation du cabinet Sia Conseil

  • Il est trompeur de pré­ten­dre que la France a “gag­né 360 mil­lions” du fait de l’arrêt de 8 réac­teurs alle­mands
  • La France est impor­ta­trice depuis l’Allemagne en con­tinu depuis 30 jours
  • Ce n’est qu’en impor­tant que la France nucléaire a passé la vague de froid de févri­er

Le Cab­i­net Sia Con­seil, réputé pour son sou­tien sans faille à l’atome et pour son engage­ment con­tre les éner­gies renou­ve­lables, vient de com­mu­ni­quer de façon par­ti­c­ulière­ment trompeuse sur la ques­tion des échanges élec­triques France-Alle­magne.

L’objectif du cab­i­net Sia Con­seil est de :

  • faire croire que l’Allemagne a com­mis une erreur en fer­mant 8 réac­teurs nucléaires après la cat­a­stro­phe de Fukushi­ma.
  • faire croire que la France tire avan­tage, en par­ti­c­uli­er finan­cière­ment,  de la déci­sion alle­mande de sor­tir du nucléaire
  • par déduc­tion, faire croire que la France a tout intérêt à main­tenir son parc nucléaire

Cepen­dant, les sub­terfuges de Sia Con­seil sont sim­ples à con­tredire car ils sont grossiers. Ain­si, Sia Con­seil pré­tend que l’arrêt de huit réac­teurs nucléaires alle­mands depuis mars 2011 a rap­porté 360 mil­lions d’euros sur neuf mois à la France, via l’électricité exportée out­re-Rhin. Or :

  • les don­nées util­isées exclu­ent arbi­traire­ment les péri­odes d’hiver au cours desquelles c’est la France qui importe mas­sive­ment depuis l’Allemagne, y com­pris depuis la fer­me­ture de 8 réac­teurs alle­mands.
  • Sia Con­seil “oublie” que l’Allemagne n’importe que le courant élec­trique et que les déchets nucléaires pro­duits simul­tané­ment restent à la charge de la France ;
  • Sia Con­seil tente de réduire le débat à une ques­tion pure­ment compt­able, pour essay­er de faire oubli­er que c’est la men­ace d’une cat­a­stro­phe nucléaire qui est au coeur du prob­lème ;

Loin de se moquer des alle­mands et de leur déci­sion courageuse de fer­mer 8 réac­teurs et de sor­tir rapi­de­ment du nucléaire, la France doit les féliciter… et les remerci­er : en effet, depuis le 30 jan­vi­er, soit plus de 30 jours, la France est con­tin­uelle­ment impor­ta­trice d’électricité depuis l’Allemagne (*).

Ce n’est qu’avec ces impor­ta­tions que la France, en sit­u­a­tion de forte dépen­dance élec­trique, a pu pass­er sans pénurie la récente vague de froid. Il va être édi­fi­ant — mais Sia Con­seil s’en gardera bien ! — de met­tre à jour le coût pour la France de ces impor­ta­tions mas­sives d’électricité… et les gains réal­isés à cette occa­sion par l’Allemagne.

D’autre part, les don­nées de févri­er 2012 mon­trent de façon indu­bitable que l’Allemagne est large­ment auto­suff­isante en élec­tric­ité, puisqu’elle est même en capac­ité de sauver la France en même temps.

De fait, lorsque l’Allemagne importe du courant français hors des péri­odes hiver­nales, ce n’est pas qu’elle soit inca­pable de pro­duire elle-même l’électricité dont elle a besoin : c’est tout sim­ple­ment parce qu’il est plus intéres­sant pour l’Allemagne d’importer de l’électricité nucléaire dont la France se débar­rasse à bas prix quand la demande est faible. L’Allemagne s’évite ain­si la mise en ser­vice de cen­trales ther­miques qu’elle garde “sous le coude” pour les péri­odes de forte demande comme l’hiver.

Enfin, il ne faut pas oubli­er que, en sor­tant du nucléaire, l’Allemagne se met en sit­u­a­tion d’éviter de subir une cat­a­stro­phe nucléaire sur son sol. Elle reste néan­moins sous la men­ace d’une telle cat­a­stro­phe en France, cette dernière met­tant en effet en dan­ger toute l’Europe, ce qui ne sem­ble guère émou­voir le cab­i­net pronu­cléaire Sia Con­seil.

**********************

(*) La France est impor­ta­trice d’électricité depuis l’Allemagne qua­si­ment en con­tinu, à savoir 24h/24, depuis le 30 jan­vi­er 2012. Durant cette péri­ode, la France a été très légère­ment expor­ta­trice vers l’Allemagne pen­dant 9 heures, à savoir 1% du temps : le 2 févri­er de 16h à 18h, les 3 et 13 févri­er de 17h à 18h, le 14 févri­er de 8h à 12h, et le 27 févri­er de 4h à 5h.
Don­nées offi­cielles con­sulta­bles ici : http://clients.rte-france.com/lang/fr/visiteurs/vie/tableau_de_bord.jsp