Ecolo, soit godillot et cause toujours

Le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a déclaré hier que les députés EELV auront « la liberté d’expression, mais pas la liberté de vote!« .
Ces propos sont profondément choquants et humiliants pour les écologistes rabaissés à de simples supplétifs caporalisés du PS. Du fait des accords PS-EELV, beaucoup d’électeurs avaient déjà préféré voter PS au premier tour de la législative plutôt qu’EELV car il avaient – et on peut les comprendre – du mal à voir la valeur ajoutée des écologistes. Ramenés à de simples godillots, de véritables machines à voter les réformes du gouvernement, les députés EELV n’ont plus de raison de siéger.
Le ministre oublie surtout que la liberté de vote est un droit fondamental qui ne peut être enlevé à un individu, sauf déchéance civique. Voter en son âme est conscience devrait-être la principale qualité requise au parlement.
J’espère que nos responsables écologistes saurons ne pas rester silencieux face à de tels propos antidémocratiques.

MAJ (quasi immédiate, je n’avais pas vu les réactions):

  • Noël Mamère estime justement que ces propos sont des « écarts de langage » et que le ministre « doit confondre la majorité actuelle et l’UMP« .
  • pour Jean-Vincent Placé c’est « idiot » et c’est « l’expression d’une dérive de la Ve République et du fait majoritaire« 
  • Pour Dominique Voynet c’est « hallucinant ET idiot« 

Tant mieux!