Des occupations d’immeubles vides reconnues « légitimes » par la justice espagnole

A Barcelone les occu­pa­tions de bâti­ments vides vien­nent de devenir légitimes aux yeux de la jus­tice ce qui pour­rait faire naître quelques espoirs mal­gré une sit­u­a­tion très dif­fi­cile. Un arti­cle d’Emmanuel Had­dad apporte ces pré­ci­sions:

En Espagne, les Indignés « libèrent » des immeubles pour les familles à la rue

Chaque jour, en Espagne, 300 familles sont expul­sées de leur mai­son ou de leur apparte­ment. Dans la lignée du mou­ve­ment des Indignés, des col­lec­tifs pour le droit au loge­ment se mul­ti­plient. À Barcelone, des occu­pa­tions d’immeubles vides vien­nent d’être recon­nues « légitimes » par la jus­tice. Le début d’un mou­ve­ment social mas­sif face à la spécu­la­tion immo­bil­ière ?

Lire la suite sur le site de Bas­ta!, l’agence d’information des luttes envi­ron­nemen­tales et sociales.

A cette crise dra­ma­tique du loge­ment qui génère un nom­bre de sans abris tou­jours plus grand, Eva Joly pro­pose dif­férentes mesures:

  • accueil incon­di­tion­nel dans des cen­tres d’hébergement dignes,
  • accom­pa­g­ne­ment social glob­al,
  • aug­men­ta­tion du nom­bre de places d’accueil,
  • réqui­si­tion des loge­ments et bureaux vides,
  • inter­mé­di­a­tion loca­tive dans le parc privé à grande échelle,
  • et con­struc­tion de 30 000 loge­ments très soci­aux par an.

Plus générale­ment, pour éviter que les ménages frag­iles per­dent leur loge­ment, Europe-Ecolo­gie Les Verts pro­pose d’interdire les expul­sions sans rel­o­ge­ments, de gel­er les loy­ers pen­dant trois ans puis d’encadrer stricte­ment leur hausse, de généralis­er une garantie des risques locat­ifs qui sécurise les bailleurs en cas d’impayés et facilite l’accès au loge­ment des locataires.