Des occupations d’immeubles vides reconnues « légitimes » par la justice espagnole

A Barcelone les occupations de bâtiments vides viennent de devenir légitimes aux yeux de la justice ce qui pourrait faire naître quelques espoirs malgré une situation très difficile. Un article d’Emmanuel Haddad apporte ces précisions:

En Espagne, les Indignés « libèrent » des immeubles pour les familles à la rue

Chaque jour, en Espagne, 300 familles sont expulsées de leur maison ou de leur appartement. Dans la lignée du mouvement des Indignés, des collectifs pour le droit au logement se multiplient. À Barcelone, des occupations d’immeubles vides viennent d’être reconnues « légitimes » par la justice. Le début d’un mouvement social massif face à la spéculation immobilière ?

Lire la suite sur le site de Basta!, l’agence d’information des luttes environnementales et sociales.

A cette crise dramatique du logement qui génère un nombre de sans abris toujours plus grand, Eva Joly propose différentes mesures:

  • accueil inconditionnel dans des centres d’hébergement dignes,
  • accompagnement social global,
  • augmentation du nombre de places d’accueil,
  • réquisition des logements et bureaux vides,
  • intermédiation locative dans le parc privé à grande échelle,
  • et construction de 30 000 logements très sociaux par an.

Plus généralement, pour éviter que les ménages fragiles perdent leur logement, Europe-Ecologie Les Verts propose d’interdire les expulsions sans relogements, de geler les loyers pendant trois ans puis d’encadrer strictement leur hausse, de généraliser une garantie des risques locatifs qui sécurise les bailleurs en cas d’impayés et facilite l’accès au logement des locataires.