[Poisson d’avril] Aulnay-sous-Bois pourrait lancer le premier projet de vidéosurveillance participatif français

Ajout du 2/04/09 : Cette note est bien évidem­ment un pois­son d’avril mais elle amène la réflex­ion suiv­ante- : .

Voici le texte de la vilaine blague:


J’ai per­son­nelle­ment de très fortes réti­cences à voir la vidéo­sur­veil­lance se répan­dre de façon anar­chique, mais force est de con­stater que le pré-pro­jet que j’ai eu entre les mains hier est d’une orig­i­nal­ité telle qu’il oblige cha­cun à révis­er ses posi­tions. Il faut remerci­er le maire d’Aulnay-sous-Bois qui pour la pre­mière fois con­sulte, l’association AulnayC­i­toyen (d’où ma présence) pour une ques­tion de lib­erté numérique.

L’idée est plutôt risquée mais mérit­erait, je crois, une réelle expéri­men­ta­tion. La mairie d’Aulnay-sous-Bois va faire appel à tous les habi­tants volon­taires pour par­ticiper à la pro­tec­tion de la ville et financera des caméras Wifi qui seront dis­posées aux fenêtres ou à prox­im­ité immé­di­ate des loge­ments des volon­taires. Ce recrute­ment citoyen devrait se faire via le ser­vice de la démoc­ra­tie locale afin de met­tre l’accent sur l’aspect par­tic­i­patif de ce ser­vice de prox­im­ité incon­testable­ment inno­vant.

Par son abon­nement inter­net, le citoyen volon­taire trans­met­tra les images à un con­struc­teur et prestataire infor­ma­tique. Le pré-pro­jet que j’ai eu entre les mains par­lait de l’entreprise Lorex qui a déjà l’expérience de la vidéo-sur­veil­lance par­tic­i­pa­tive sur des con­trats en Car­o­line du Sud ou au Venezuel­la. Le prestataire fourni­rait sur une page web, une plate-forme de sur­veil­lance via le ser­vice Lorex remote view­ing hébergé chez la plate-forme pop­u­laire Yoics sur laque­lle chaque aulnaysien pour­rait vision­ner l’ensemble des web­cams dis­posées dans la ville et sig­naler tout prob­lème sus­pect.

Je tiens cepen­dant à dire que je suis un peu choqué de voir des solu­tions de prestataires retenues bien qu’aucun marché ne soit encore passé. Je serais donc très vig­i­lant quant à la trans­parence de la procé­dure d’appel d’offre qui devrait être mise en place.

Les vis­ages seront floutés en temps réels par le sys­tème Face­blur util­isé entre-autres sur Google Street. Une ver­sion non floutée des images sera archivée deux semaines pour per­me­t­tre à la police l’identification des per­son­nes dénon­cées. Toute per­son­ne sig­nalée par un habi­tant génèr­era une alerte automa­tique dès que le sys­tème de recon­nais­sance faciale recon­naitra que l’individu ren­tr­era dans le champ d’une caméra. Con­traire­ment au sys­tème de vidéo-sur­veil­lance clas­sique, l’interpellation des sus­pects devrait donc être grande­ment facil­itée. La mairie va exiger du prestataire que le sys­tème de recon­nais­sance faciale ne puisse en aucun cas être relié à une base de don­née nom­i­na­tive. Seuls des agents asser­men­tés pour­ront, via le croise­ment du cat­a­logue de sig­nale­ment et d’interpéllations, rap­procher un indi­vidu de son patronyme.

Pour des caméras entre 150 et 300€HT l’unité (suiv­ant les options), l’installation de cen­taines caméras Wifi, devrait coûter bien moins cher que le sys­tème de vidéo-sur­veil­lance actuel for­mé de moins de 30 caméras(Rien qu’en frais d’installation, le sys­tème de 28 caméras de vidéo-sur­veil­lance de la ville a coûté plus de 500 000 €. Pour pou­voir l’étendre il était oblig­a­toire de faire de gros investisse­ments en fibre optique notam­ment les travaux très lourds de câblage pour reli­er Les quartiers de Bal­agny, de Chanteloup ou le com­mis­sari­at au reste du réseau de fibre. Le bud­get voté à ce titre le 28 juin 2007 était de 1 000 000 € par an. Ce bud­get n’a sem­ble-t-il jamais été entamé.). Cepen­dant, dans le pro­jet qui m’a été mon­tré, la plate-forme de sur­veil­lance néces­si­tait d’être ouverte via un nav­i­ga­teur sous Win­dows ou Mac. Il est vrai­ment dom­mage que la munic­i­pal­ité ne prof­ite pas de cette occa­sion pour faire la pro­mo­tion du Logi­ciel Libre et plus par­ti­c­ulière­ment prenne en charge les util­isa­teurs de Lin­ux.

L’évolution suiv­ante de ce ser­vice pour­rait bien être l’installation de caméras 3G 360° sur les véhicules munic­i­paux. Cepen­dant, je suis bien plus réti­cent quant à l’utilité de cette évo­lu­tion au vu des coûts faramineux engen­drés par les abon­nements télé­phoniques 3G.

Je reviendrais sur cette infor­ma­tion dès que j’aurais de nou­veaux élé­ments.