[Poisson d’avril] Aulnay-sous-Bois pourrait lancer le premier projet de vidéosurveillance participatif français

Ajout du 2/04/09 : Cette note est bien évidemment un poisson d’avril mais elle amène la réflexion suivante- : .

Voici le texte de la vilaine blague:


J’ai personnellement de très fortes réticences à voir la vidéosurveillance se répandre de façon anarchique, mais force est de constater que le pré-projet que j’ai eu entre les mains hier est d’une originalité telle qu’il oblige chacun à réviser ses positions. Il faut remercier le maire d’Aulnay-sous-Bois qui pour la première fois consulte, l’association AulnayCitoyen (d’où ma présence) pour une question de liberté numérique.

L’idée est plutôt risquée mais mériterait, je crois, une réelle expérimentation. La mairie d’Aulnay-sous-Bois va faire appel à tous les habitants volontaires pour participer à la protection de la ville et financera des caméras Wifi qui seront disposées aux fenêtres ou à proximité immédiate des logements des volontaires. Ce recrutement citoyen devrait se faire via le service de la démocratie locale afin de mettre l’accent sur l’aspect participatif de ce service de proximité incontestablement innovant.

Par son abonnement internet, le citoyen volontaire transmettra les images à un constructeur et prestataire informatique. Le pré-projet que j’ai eu entre les mains parlait de l’entreprise Lorex qui a déjà l’expérience de la vidéo-surveillance participative sur des contrats en Caroline du Sud ou au Venezuella. Le prestataire fournirait sur une page web, une plate-forme de surveillance via le service Lorex remote viewing hébergé chez la plate-forme populaire Yoics sur laquelle chaque aulnaysien pourrait visionner l’ensemble des webcams disposées dans la ville et signaler tout problème suspect.

Je tiens cependant à dire que je suis un peu choqué de voir des solutions de prestataires retenues bien qu’aucun marché ne soit encore passé. Je serais donc très vigilant quant à la transparence de la procédure d’appel d’offre qui devrait être mise en place.

Les visages seront floutés en temps réels par le système Faceblur utilisé entre-autres sur Google Street. Une version non floutée des images sera archivée deux semaines pour permettre à la police l’identification des personnes dénoncées. Toute personne signalée par un habitant génèrera une alerte automatique dès que le système de reconnaissance faciale reconnaitra que l’individu rentrera dans le champ d’une caméra. Contrairement au système de vidéo-surveillance classique, l’interpellation des suspects devrait donc être grandement facilitée. La mairie va exiger du prestataire que le système de reconnaissance faciale ne puisse en aucun cas être relié à une base de donnée nominative. Seuls des agents assermentés pourront, via le croisement du catalogue de signalement et d’interpéllations, rapprocher un individu de son patronyme.

Pour des caméras entre 150 et 300€HT l’unité (suivant les options), l’installation de centaines caméras Wifi, devrait coûter bien moins cher que le système de vidéo-surveillance actuel formé de moins de 30 caméras(Rien qu’en frais d’installation, le système de 28 caméras de vidéo-surveillance de la ville a coûté plus de 500 000 €. Pour pouvoir l’étendre il était obligatoire de faire de gros investissements en fibre optique notamment les travaux très lourds de câblage pour relier Les quartiers de Balagny, de Chanteloup ou le commissariat au reste du réseau de fibre. Le budget voté à ce titre le 28 juin 2007 était de 1 000 000 € par an. Ce budget n’a semble-t-il jamais été entamé.). Cependant, dans le projet qui m’a été montré, la plate-forme de surveillance nécessitait d’être ouverte via un navigateur sous Windows ou Mac. Il est vraiment dommage que la municipalité ne profite pas de cette occasion pour faire la promotion du Logiciel Libre et plus particulièrement prenne en charge les utilisateurs de Linux.

L’évolution suivante de ce service pourrait bien être l’installation de caméras 3G 360° sur les véhicules municipaux. Cependant, je suis bien plus réticent quant à l’utilité de cette évolution au vu des coûts faramineux engendrés par les abonnements téléphoniques 3G.

Je reviendrais sur cette information dès que j’aurais de nouveaux éléments.