Au conseil municipal, le maire décide de garder le vote électronique

Arti­cle pub­lié sur AulnayCitoyen.org

Au con­seil munic­i­pal du 26 avril 2007 le sujet prin­ci­pal était, mal­gré l’avis du maire, les ordi­na­teurs de vote.

Alain Amé­dro (Les Verts), Gérard Gau­dron (PS), et Bernard Lab­bé (PC) ont pro­posé d’emblée de mod­i­fi­er l’ordre du jour et d’intégrer ce sujet comme pre­mier point abor­dé, car le sujet était brûlant pour de nom­breux électeurs et mem­bres des bureaux de vote. De plus cela posait “un prob­lème pour la démoc­ra­tie”. Une dis­cus­sion vive s’est engagée pen­dant 10 min­utes devant le refus du maire d’accéder à cette demande (où on à pu enten­dre “M. le maire, ce n’est pas sérieux!”) et cela s’est con­clu par le couperet suiv­ant de M. Gau­dron:
“Vous en dis­cuterez quand j’en ai décidé, c’est à dire en fin de con­seil !”.

Douche froide lorsque le sujet qui à suivi immé­di­ate­ment à com­mencé par par­ler du hand­i­cap face au ten­nis de table.

Le sujet étant “flan­qué à la porte” il est revenu, non sans humour, plusieurs fois par les fenêtres lorsque par exem­ple M. Amé­dro qui par­lait d’éco-construction pro­pose de met­tre des pan­neaux solaire sur les ordi­na­teurs de vote.

Remarques et voeux des élus de l’opposition

Les élus ont fait état de leur grande dif­fi­culté devant l’affluence dans les bureaux de vote et le ralen­tisse­ment dû aux machines à vot­er. Cer­tains bureaux de vote (24,37 et 38) avaient une sit­u­a­tion au bord de la bru­tal­ité telle­ment les files étaient longues et les gens ten­dus. Jusqu’à 1h30 d’attente, des mères de famille repar­tant sans vot­er et 60 per­son­nes faisant encore la queue à 20h.

Le dan­ger d’une sit­u­a­tion plus grave à été soulevé pour le deux­ième tour car tra­di­tion­nelle­ment les deux­ièmes tours voient leur taux de par­tic­i­pa­tion grimper.

Il à été remar­qué aus­si que ces machines avaient été achetées comme de sim­ples porta­bles ou des gommes et que la mise sous scel­lé n’avait pas été faite en présence des élus (le maire à rajouté la remar­que sidérante “Moi même j’y suis pas allé.”).

Un arti­cle et une recom­man­da­tion du con­seil con­sti­tu­tion­nel (con­seil­lant pour les villes dans notre cas d’abandonner ces urnes avant même le deux­ième tour) ont aus­si été porté à la con­nais­sance des élus de la majorité.

Il à été aus­si remar­qué cer­tains prob­lèmes régle­men­taires (par exem­ple un isoloir oblig­a­toire pour 300 votants).

Plus générale­ment il à été dit que ces machines représen­tent un dan­ger pour notre démoc­ra­tie car un bidouil­lage indé­tectable est pos­si­ble.

Le seul point de con­sen­sus trou­vé à été sur le bip trop faible de la machine lorsque le vote est effec­tif.

En fin de compte une demande de retour au vote papi­er à été faite pour le deux­ième tour.

Réponses élus de la majorité

Cer­taines remar­ques (pas for­cé­ment vraie à mon avis, mais de bon sens) ont été évo­ques par le maire comme le fait que les gens seront entraînés au vote élec­tron­ique au deux­ième tour et que le ralen­tisse­ment était dû seule­ment à l’affluence.

M Can­naroz­zo a con­testé la lenteur du vote élec­tron­ique en four­nissant des chiffres d’origine incon­nue (à titre per­son­nel je rap­pelle que j’ai vu que les queues étaient devant les machines à vot­er à Aulnay alors qu’il sem­ble qu’elles étaient devant le cahi­er d’émargement dans les autres villes ce qui démon­tr­erais indis­cutable­ment que le vote élec­tron­ique soit for­cé­ment le plus lent).

Plus inquié­tant: le maire va deman­der à ses secré­taires de bureau de vote de vot­er par procu­ra­tion au deux­ième tour pour ne pas avoir besoin de par­tir en “pause déje­uner” et d’optimiser le flux de votants.

Petit flo­rilège des “meilleures répons­es”:
— Le maire à affir­mé sans bronch­er ce soir au con­seil munic­i­pal que les “machines sont de sim­ples caiss­es enreg­istreuses sans logi­ciel dedans”. Je rap­pelle qu’avec le mod­èle de machine que nous avons sur Aulnay un chercheur à réus­si à la repro­gram­mer pour qu’elle sache jouer au échecs.
-M. Can­naroz­zo à affir­mé “On peux véri­fi­er le code” (donc il y a bien un logi­ciel dedans). Je rap­pelle que le code de ces machines est caché pour raisons de “secret indus­triel et com­mer­cial”. Bon sportif (?) il m’a pro­posé de véri­fi­er cela le lende­main et de recon­naître son erreur le cas échéant sur son blog. (1 semaine après, tou­jours pas de réponse mal­gré une relance par mail).
— On a quand même eu de la part d’un élu dont je ne con­nais pas le nom “il ne faut pas refuser le pro­grès, vous n’allez pas écrire au cray­on alors que les ordi­na­teurs exis­tent”. On est sur un site web non? D’ailleurs demain je lance suaudeau.com ver­sion cunéi­forme et dis­tribué sur tablettes d’argile.
— La phrase la plus étrange de la soirée a été pour jus­ti­fi­er la présence de moins d’un isoloir par 300 habi­tants: “Les pan­neaux (autour des machines à vot­er) con­stituent plus une enveloppe qu’un isoloir”. Je me demande tou­jours le sens de cette réponse pour le moins … baroque.

Conclusion

La propo­si­tion a été mise au vote et d’un seul bloc, tous les élus de la majorité on voté la pour­suite du vote élec­tron­ique. Il y a cepen­dant eu pour la pre­mière fois un vrai débat sur ce sujet là.